Des oiseaux ont modifié l'entrée du nichoir : que se passe-t-il ?

2 phénomènes surprenants peuvent être constatés sur les nichoirs : on a picoré autour du trou ou, on a réduit l'entrée du trou...

L'entrée de mon nichoir est picorée, que se passe-t-il ?

Il faut bien le dire, les interprétations sont nombreuses, mais toutes positives ! Mais en aucun cas, les mésanges essayent d'agrandir le trou. Les nichoirs Natures Market ont des trous adaptés aux espèces : 28 ou 34 mm et les oiseaux savent très bien choisir !

Picorer le contour du trou d’entrée semble faire partie de la parade nuptiale des mésanges : « chérie, viens voir , j’ai trouvé une jolie demeure ! » mais cela sert aussi à montrer aux autres oiseaux que le nichoir est déjà repéré ou occupé.

En effet, le couple de mésanges choisit ensemble le meilleur logis pour abriter la petite famille : Monsieur repère plusieurs endroits, Madame visite et choisi ! Le nid est ensuite construit par le couple.

Lorsque l’oiseau pique le tour du trou, il fait du bruit, et cela lui permet aussi de partager sa fierté d’avoir trouvé un abri.

Il a déjà été observé qu'une mésange picore alors que les oisillons sont dans le nid... le langage oiseaux n'a pas encore été complètement décripté par les ornithologues.

Si vous retrouvez le trou très abimé, et très agrandi, c'est rare, mais là, c’est un prédateur (pic ou rongeur) qui est venu faire ripaille des œufs ou des oisillons…c’est beaucoup plus triste, mais la nature fonctionne ainsi… et il faut remplacer votre nichoir.

Si de tels prédateurs ont eu raison de votre nichée, nous vous conseillons de le remplacer par un nichoir dont le trou est protégé par une décoration métallique, tels que le nichoir Marguerite ou le nichoir Couveuse, les curieux n'auront pas la possibilité d'agrandir le trou pour se faufiler, même en y laissant bec et griffes !

 

L' entrée de mon nichoir est rapetissée, que se passe-t-il ?

Ca c’est un coup de la Sittelle Torchepot !

Vous êtes chanceux, la plupart du temps cet oiseau forestier trouve son bonheur pour abriter sa famille dans des cavités, le creux de vieux arbres ou l’ancien logis d’un Pic Epeiche

Cet incroyable acrobate, qui est capable de se déplacer dans toutes les directions sur un tronc d’arbre, aime personnaliser son chez lui. Alors quand il détecte le lieu idéal pour pondre, votre nichoir ou une cavité, il customise… surtout l’entrée !

Avec son bec long et pointu (capable de casser des noisettes quand même !), madame Sittelle maçonne, à l’aide de boue et de salive, l’entrée du nid pour en rétrécir l’accès.

Sittelle vient du grec sitte qui désigne un oiseau tel que le pic. Quant à Torchepot, il lui vient directement cette particulière habitude. Torchepot provient de deux mots : "torchis" et "pot". Torchis pour la matière fabriquée avec sa salive et la boue et "Pot" car les premiers nichoirs étaient des pots en terre cuite, qui, délaissés, pouvaient leur servir d’abri … des "pots à oiseaux".

En plus d’être agile, la sittelle torchepot est sacrément manuelle ! En fait, elle est surtout méfiante et prudente. N’entre pas qui veut chez ces oiseaux, surtout pas la pie ou l’étourneau, beaucoup trop gros !

Si l’entrée est soignée, l’intérieur est en revanche quelque peu sommaire voire inconfortable ! Des écorces et des feuilles sèches, les petits Torchepots devront s’en contenter !

Vous voulez en savoir plus et découvrir le chant de la sittelle torchepot, cliquez ici