Le nourrissage hivernal :

un geste écocitoyen, un engagement auprès de la biodiversité

 

À la mauvaise saison surtout entre mi-novembre et fin mars les oiseaux sont mis à rude épreuve :

Les ressources alimentaires se raréfient naturellement, la recherche alimentaire devient plus difficile car elle leur demande plus de temps et donc d’énergie.

Les conditions météorologiques se dégradent, la durée d’ensoleillement utilisée pour chasser et se réchauffer diminue et le froid devient plus intense.

Si nourrir les oiseaux en hiver est un plaisir pour nous, c’est un geste utile pour nos amis à plumes et un réel coup de pouce que vous donnez à la nature.

La mortalité des passereaux devient particulièrement importante en hiver ; Saviez-vous que sur une année 87 % des jeunes mésanges charbonnières (juvéniles)meurent et presque un adulte sur 2 (49%)? Si la nature fait un tri naturel entre les oiseaux viables ou non, nous pouvons les nourrir pour les aider à passer l’hiver et leur donner une chance de survie.

Vu l’hécatombe des oiseaux du ciel depuis les 30 dernières années (421 millions d’oiseaux ont disparu en Europe / en 17 ans, un tiers des oiseaux ont disparu des campagnes françaises selon le CNRS) et sachant que l’homme est responsable d’une grande partie de la mortalité, nourrir les oiseaux l’hiver pourrait compenser… un peu les effets des décès dus à l’homme (pollution des terres et lumineuse, chats, voitures, vitres des buildings, ….)

De plus, les oiseaux nourris pendant l’hiver sont en meilleur santé pour entamer la nidification.

MAIS ATTENTION : Dans tous les cas, gardez les mangeoires jusqu’à fin mars :

Les premiers redoux de février peuvent tromper les oiseaux qui peuvent entamer leurs comportements nuptiaux et territoriaux. Mais les ressources alimentaires sont à ce moment là encore trop rares pour couvrir leurs dépenses énergétiques. Vos mangeoires sont donc une réelle chance de survie, en évitant aux oiseaux une période de disette à l’aube de la saison de reproduction. Continuez donc à nourrir vos invités jusqu’à la fin du mois de mars.

ET ATTENTION ENCORE ! Une fois que vous commencez, n’arrêtez jamais brusquement : surtout en hiver.

Une fois que vous avez commencé à nourrir les oiseaux, vous devenez pour eux une halte incontournable surtout au plein cœur de l’hiver. Si vous arrêtez de leur proposer à manger vous les obligez à dépenser une énergie supplémentaire pour partir en quête d’autres sources d’alimentation, parfois même sur de longues distances. Cette prospection imposée peut être dangereuse pour eux lorsque la nature ne leur propose pas de compensation.

 

Nourrissez-les en toute confiance grâce aux aliments NATURES MARKET